Eve Pilyser travaille depuis bientôt 30 ans auprès d’enfants et de leurs familles ainsi qu’avec des adultes et des adolescents. Tour à tour en milieu rural ou urbain. En milieu hospitalier dans un service de pédopsychiatrie, en instituts médicoéducatifs. Et en libéral, son parcours professionnel l’a amené à rencontrer des patients issus de tous les milieux socioprofessionnels comme culturels. Au cœur des conflits relationnels, blocages affectifs et émotionnels intrafamiliaux, mais aussi des problématiques autour de la maltraitance. En particulier concernant la sphère sexuelle sous la forme de l’inceste. Elle a poursuivie sa formation universitaire pour se spécialiser en tant que psychanalyste dans la recherche concernant la sexualité et les traumatismes.

« J’ai pu mesurer depuis toutes ces années l’ampleur des situations familiales incestueuses et la fréquence de leur occultation dans notre société, en dehors des milieux professionnels de soins spéci ques concernant ces populations. J’ai été confronté également à la partie immergée de cet iceberg incestueux: l’incestuel. Ce terme désigne des situations, gestes, regards, incestueux au niveau de la charge tant émotionnelle, énergétique, qu’a ective qu’ils déploient dans la relation entre adultes et enfants de la même famille. »

Elle est membre de la SFPA (Société Française de Psychologie Analytique), de l’International Association of Analytical Psychology (IAAP). Mais aussi du comité de rédaction de la revue des Cahiers Jungiens de Psychanalyse. Elle a écrit plusieurs articles parus dans la revue des Cahiers jungiens de psychanalyse.