9 mars: Rêver en temps de pandémie

reves

Conférence de Catherine Farzat et Delphine Renard faite le 9 mars 2022
Discutante: Carole-Anne Rivière

« Des temps aussi foncièrement troublés que notre époque […] influencent si puissamment les décours psychiques de l'individu que le médecin se voit contraint d'accorder une attention accrue aux interférences suscitées dans l'âme de ses patients par les contingences de l'actualité. » écrivait Jung (Aspects du drame contemporain, trad. R. Cahen, Genève, éd. Georg, pp. 59-60).

 

 Dès avant l’arrivée du coronavirus en Occident, nous avons observé une étonnante recrudescence de rêves archétypiques dans lesquels se produisaient des événements naturels ou collectifs d’ampleur inouïe. Nous avons émis l’hypothèse d’un lien avec l’épidémie qui gagnait rapidement du terrain, avec son cortège de mesures sanitaires qui ont transformé en profondeur notre vie individuelle et sociale pendant une longue durée.

 Peu à peu les rêves ont pris en compte de diverses façons cette situation d’exception, mettant en relation avec d’anciennes expériences individuelles.
Au fur et à mesure de notre étude, nous avons réalisé combien le social s’infiltrait dans nos profondeurs. Ces circonstances hors normes, qui ont résonné différemment chez chacun, ont parfois aussi été l’occasion de mettre au jour et d’élaborer des problématiques personnelles jusque là ignorées.

 Si les rêves renfermant des éléments de l’inconscient collectif surviennent après épuisement des moyens conscients de faire face aux difficultés, ils ont aussi permis à certains de contenir l’onde de choc, voire, après confrontation avec de grandes peurs, de transformer une épreuve collective et individuelle en des moments d’unité intérieure porteurs d’une nouvelle énergie.

Vous pouvez consulter une première analyse faite par Delphine Renard ici.

Vous pouvez visionner la vidéo par ce lien