4ème de couverture

C'est en 1950 que le grand psychanalyste suisse donna cette quatrième édition, considérablement amplifiée, d'un essai de 1912 dans lequel, partant d'un cas individuel - celui, exposé par Théodore Flournoy, d'une jeune Américaine auteur de poèmes dans un état semi-inconscient -, il ouvrait à sa discipline des perspectives radicalement neuves. En partant de l'histoire de miss Miller, il s'y livre à une vaste enquête sur les symboles et les mythes culturels et religieux, développe sa théorie de l'inconscient collectif et archaïque, élargissant en fait le champ de la psychanalyse à une psychologie générale de l'humanité et de la culture.


Dès sa première partition, ce livre qui marquait sa rupture avec Freud fut abondamment commenté et discuté. C. G. Jung ne cessa par la suite de l'enrichir et d'en affiner les vues. C'est une de ses oeuvres maîtresses et l'un des classiques mondiaux de la psychanalyse.


Les deux modes de la pensée (p.52-87) V - 080
Les fantaisies de Miss Miller : anamnèse. (p.88-93) V - 081
L'hymne à la création. (p.94-155) V - 082
Le chant de la mite. (p.156-220) V - 083
Symboles de transformation. Partie II. Introduction. (p.221-237). V - 084
Le concept de libido. (p.238-252) V - 085
La métamorphose de la libido. (p.252-294) V - 086
la naissance du héros. (p.295-346) V - 087
Les symboles de la mère et de la renaissance. (p.347-454) V - 088
La lutte pour se délivrer de la mère. (p.455-507) V - 089
The dual mother Le sacrifice (p.508-647) V - 090
Le sacrifice. (p.648-716) V - 091
Symboles de transformation. Epilogue. (p.717-721) V - 092
Symboles de transformation. Appendice : Les fantaisies milleriennes V - 093