027 - LE SACRIFICE

Par Simone Clausse en Janvier 1981


À la naissance de l’enfant, s’établit un état de fusion mère-enfant. L’enfant porte en lui des drames archétypiques et une force le pousse vers la vie. Une conscience émerge à partir de sa séparation d’avec sa mère. L’être une fois adulte, l’inconscient attaque la forteresse de la conscience. L’individu doit faire face à ses rigidités, ses formules répétées à l’envi, ses certitudes, à des habitudes endurcies. En s’occupant de son inconscient, par le sacrifice il connait une renaissance, une métamorphose. Ce Sacrifice est un renoncement du Moi à sa toute puissance.


Les objets étant porteurs de projections, une part de l’homme et une part de l’objet coïncident, il y a identité psychique entre l’homme et cet objet. Les projections personnelles doivent disparaître de l’échange. Le sacrifice de moi-même consiste à reconnaitre ce qu’il y a de moi dans l’échange. Le Soi pousse au sacrifice, et lorsque l’inconscient n’est plus projeté, le Soi s’incarne. Le Moi se sacrifie telle une « victime », mais l’individu y gagne une unification vers l’Un, vers l’homme primordial.