321 - OÙ EST LA MÈRE?

Par Aimé Agnel en Février 1996


En parcourant l'ensemble des concepts représentant les multiples aspects de la Mère, Aimé AGNEL recherche sa place tout d'abord à travers la construction de la mère idéale, comme imaginaire de survie permettant la préservation de l'intégrité du moi de l'enfant. L'auteur présente une mère située dans le temps, mère de la relation archaïque unie au nourrisson dans une relation duelle ; L'image d'une bonne mère qui bascule dans son contraire selon la loi de la compensation. S'appuyant sur plusieurs exemples cliniques, cinématographiques, et littéraires, Aimé AGNEL est moins dans une posture clinique traditionnelle que dans une description de processus observables au cours d'une analyse. Il dégage ainsi quatre positions :

•La mère comme contenant psychique pouvant aboutir à un enfermement psychique
•Un état de fusion dans la relation mère enfant opposé à la séparation et à la différentiation
•La mère comme expérience première de la vie et de l'animation dont le manque se manifeste dans certaines angoisses dépressives
•La mère en tant que ce par quoi se vit le sentiment d'être plein. Mère a-symbolique et concrète dont le lait est matière dépourvue d'amour

Aimé AGNEL discerne la mère imaginaire de l'expérience personnelle et la mère archétypique, matrice inconsciente de la personnalité en s'intéressant à la dynamique en jeu lors de la projection de cette l'imago sur l'analyste. Enfin, l'auteur conclut en proposant comme critère de fin d'analyse, la reconnaissance de la mère réelle telle qu'elle est, et la nécessité d'une réconciliation avec elle préalable à l'intériorisation de son image.