508 - ARCHETYPES ET PULSIONS SEXUELLES : DES ATTRACTEURS ETRANGES

Par François Martin-Vallas le 9 Mai 2006


Partant du concept indifférencié d’ « Appétit », François MARTIN-VALLAS s’interroge sur la liberté dont dispose l’homme par rapport à l’instinct. S’appuyant sur la théorie du chaos, l’auteur a recours à l’ « Attraction simple » désignant un mouvement des corps prévisible et à l’ « Attraction étrange », mouvement dont l’issue est totalement imprévisible, pour proposer un développement au concept d’ « Archétype ». Il illustre abondamment ces concepts en montrant que toute figure permettant de modéliser « l’attraction étrange » dégage une certaine esthétique témoignant d’une résonnance symbolique, comme ces figures organisatrices du mouvement que JUNG a nommé « Images archétypiques ».

En s’appuyant sur les recherches neuroscientifiques les plus modernes, François MARTIN-VALLAS met en discussion le paradoxe de l’Archétype dont le caractère prédéterminé s’oppose à son ouverture vers la création et le spirituel. Comment le dysfonctionnement se produit-il en l’archétype pour que l’homme devienne imprévisible et donc humain ? Quel rôle joue « autrui » dans la relance de la dynamique du déséquilibre qui le confronte à son développement possible par la possibilité de faire des choix ? Pour proposer des éléments de réponse, François MARTIN-VALLAS évoque la « théorie de la séduction » que Jean LAPLANCHE a élaborée après FREUD et dont il observe l’efficience lorsque l’Archétype devient un « Attracteur étrange ».