C. G. Jung en France

Florent Serina

C. G. Jung en France

Rencontres, passions et controverses

  • Éditeur ‏ : ‎ Belles Lettres; 1er édition (8 octobre 2021)
  • Broché ‏ : ‎ 450 pages
  • Présentation

    En France, la réputation du psychiatre suisse Carl Gustav Jung (1875-1961) semble, depuis plusieurs décennies, fortement marquée du sceau de l’ambivalence. Bien que souvent ignorés au sein des facultés de psychologie et honnis par de nombreux critiques, les ouvrages de l’ancien collaborateur et rival de Sigmund Freud n’ont paradoxalement jamais été aussi présents sur les étals des libraires qu’actuellement. Signe que l’œuvre de cette figure majeure de l’histoire de la psychiatrie, de la psychanalyse et de la psychothérapie, continue de faire l’objet, plus de soixante ans après sa mort, d’interprétations conflictuelles et passionnées.
    Fruit d’une vaste enquête archivistique, C. G. Jung en France analyse de façon vivante et érudite les multiples voies de circulation empruntées par la psychologie analytique, de même que les différents modes d’appropriation et critiques dont celle-ci a pu faire l’objet tout au long du XXe siècle. Redonnant vie aux nombreux débats suscités par cette doctrine complexe, parfois déroutante et controversée, cette enquête captivante traverse des domaines aussi variés que les sciences du psychisme (Flournoy, Binet, Janet, Lacan, Dolto, Ey), la philosophie (Bergson, Bachelard, Deleuze), l’anthropologie (Lévi-Strauss, Durand), la théologie (Teilhard de Chardin, Beirnaert), l’orientalisme (Guénon, Massignon, Corbin), l’histoire (Dupront, Le Goff), ou le champ artistique et littéraire (Valéry, Cocteau, Simenon, Hergé), tout en rendant compte de la structuration progressive d’un mouvement autochtone se réclamant de sa théorie de l’inconscient, conçu comme un puissant réservoir de créativité.
    À rebours du freudo-centrisme dominant le plus souvent l’historiographie du genre, ce livre, qui regorge d’une foule d’informations inédites, jette en somme une lumière originale sur des pans refoulés ou encore méconnus de l’histoire sociale, culturelle et intellectuelle de la France contemporaine.

    Biographies Contributeurs

    Florent Serina

    Florent SERINA est historien, docteur ès lettres de l’Université de Lausanne où il enseigne actuellement l’histoire de la psychologie, et chercheur associé à l’Institut des Humanités en Médecine. Il consacre l’essentiel de ses recherches à l’histoire sociale, culturelle et politique des sciences et des savoirs sur le psychisme en France aux XIXe et XXe siècles.

    Table des matières

    Remerciements
    Principales abréviations utilisées
    Abréviations des ouvrages de C. G. Jung mentionnés
    Introduction


    Partie I. AU DÉBUT DU SIÈCLE NOUVEAU (1902‑1918)


    Chapitre 1. Premiers échos, premières publications
    1. Le parrainage de Théodore Flournoy
    2. Associations d’idées familiales (1907)
    3. « Une machine à découvrir le mensonge » ?

    Chapitre 2. Oppositions et néophilie (1907‑1913)
    1. Le dédain souverain du professeur Janet
    2. Une « petite chose » pour les Français
    3. « Il n’y a là pas de moelle »
    4. La riposte de Pierre Janet (Londres, août 1913)

    Chapitre 3. Le « moment » romand de la psychologie analytique (1912‑1918)
    1. Une complicité plus étroite
    2. Le schisme vienno-zurichois vu depuis Genève
    3. « Contribution à l’étude des types psychologiques » (1913)
    4. Les réunions de Florissant, ou l’amorce d’une alliance genevo-zurichoise
    5. « La structure de l’inconscient » (1916)
    6. Henri Flournoy, ou la trahison du fils


    Partie II. L’ENTRE-DEUX-GUERRES


    Chapitre 4. Traduire et éditer C. G. Jung dans l’entre-deux-guerres
    1. Emil Medtner, l’homme de l’ombre
    2. En quête d’une caution prestigieuse : une préface d’Henri Bergson ?
    3. Yves Le Lay, la cheville ouvrière
    4. La première grande vague de traductions
    5. Des traductions trop littérales ?

    Chapitre 5. Situation de la psychologie analytique dans le champ des sciences du psychisme (1918‑1939)
    1. Un intérêt restreint aux études diagnostiques et psychiatriques
    2. Des psychanalystes « suspects » de jungisme

    Chapitre 6. L’éclosion d’un mouvement jungien autochtone
    1. Le Gros Caillou, ou la naissance d’un jungisme parisien « par en bas »
    2. Les premières « Jung-Frauen » francophones

    Chapitre 7. C. G. Jung dans la psychologie syncrétique de Charles Baudouin
    1. De la suggestion à la psychanalyse
    2. Une bienveillance critique
    3. Le temps de l’approfondissement
    4. Une fidèle amitié
    5. Pour une psychanalyse pacifiée

    Chapitre 8. Des théologiens divisés
    1. Le pasteur Berguer, exégète psychanalytique de la vie de Jésus
    2. L’abbé Journet, prédicateur d’une psychanalyse moralisée
    3. Une première vague de réprobation catholique... 136
    4. L’amorce d’un dialogue avec les protestants (Strasbourg, mai 1932)

    Chapitre 9. C. G. Jung au prisme des arts et des lettres
    1. Rencontres avec le psychologue de Küsnacht
    2. Un modèle pour des personnages de fiction
    3. Christian Zervos, avocat de Picasso contre le docteur Jung

    Chapitre 10. André Breton, entre fascination, équivoque et dénégation
    1. Une répulsion tardive
    2. Réelles affinités ou fausse parenté ?
    3. Une « rencontre manquée » ? Hasard objectif et synchronicité
    4. Une tentation jungienne ?
    5. Jeter Jung aux flammes : Foyers d’incendie de Nicolas Calas
    6. Un revirement inavouable ?

    Chapitre 11. Une visite à ses lecteurs parisiens
    1. Dans le salon de Daniel Halévy
    2. « L’hypothèse de l’inconscient collectif »

    Chapitre 12. C. G. Jung dans l’« anthropologie complète » de Gaston Bachelard
    1. L’imagination comme terrain de rencontre
    2. Des échanges ténus
    3. Une innutrition continue
    4. Un intérêt commun pour l’alchimie
    5. De la psychanalyse à la phénoménologie


    Partie III. DE LA LIBÉRATION AUX ANNÉES 1960

    Chapitre 13. Roland Cahen, « ambassadeur en chef » du jungisme français
    1. Un traducteur « par nécessité »
    2. Trouver « un seul et unique éditeur et de renom » : la deuxième vague de traductions
    3. Le choix de l’adaptation
    4. Tentation de privatisation et mise à l’écart

    Chapitre 14. Vers la fondation d’une Société française de psychologie analytique
    1. Du Gros Caillou au Groupe d’études Jung
    2. Des reconnaissances inégales
    3. Du Carmel à la psychothérapie : Élie Georges Humbert
    4. L’émergence d’une nouvelle génération de praticiens
    5. Genèse de la Société française de psychologie analytique

    Chapitre 15. Situation de la psychologie analytique dans le champ des sciences du psychisme (1945‑1970)
    1. Jean Piaget : une lecture « double »
    2. Robert Desoille, ou l’imagination active dévoilée
    3. Accommoder le jungisme au dogme catholique : Psyché et Maryse Choisy
    4. René Laforgue et l’échec d’une section française de la Société internationale de psychothérapie
    5. Une visite de Françoise Dolto à Küsnacht
    6. La psychanalyse française : de l’éclectisme à l’orthodoxie

    Chapitre 16. Jung selon Lacan, ou l’affirmation d’une via negationis en psychanalyse
    1. Jung dans les premiers travaux de Lacan
    2. Désencombrer la psychanalyse de ses « aberrations »
    3. Détourner les catholiques de l’« hérésie » jungienne
    4. Investir et dominer des espaces occupés par Jung ?
    5. Des confidences de « la bouche » de Jung ?

    Chapitre 17. Jung et les orientalistes, ou les impérities métaphysiques de la psychologie analytique
    1. L’improbation des traditionalistes
    2. Louis Massignon, l’ami et compagnon d’Eranos
    3. Henry Corbin, de la ferveur à la distanciation

    Chapitre 18. Un dialogue épineux avec les théologiens
    1. Pierre Teilhard de Chardin, un lecteur occasionnel ?
    2. Le père Bruno, inlassable promoteur d’un dialogue avec le monde catholique
    3. De Jung à Lacan, en passant par Eranos : le père Louis Beirnaert
    4. Une confuse et dangereuse gnose

    Chapitre 19. Entre fiction et réalité, ou de quelques rencontres artistiques et littéraires
    1. L’énigme Cocteau
    2. L’alibi douteux de Georges Simenon
    3. Georges Remi face à son « démon de la pureté »


    Partie IV. DES ANNÉES 1960 AUX ANNÉES 1980

    Chapitre 20. Étienne Perrot, traducteur et panégyriste de l’alchimie jungienne
    1. Sur le chemin de l’alchimie spirituelle
    2. De la Fontaine de Pierre aux éditions Albin Michel
    3. Un « théologien » de la traduction
    4. Héraut et « continuateur » de C. G. Jung

    Chapitre 21. Une dette non avouée ? Paradoxes et approximations de Claude Lévi-Strauss
    1. Une hypothétique lecture de jeunesse
    2. Un exil propice à un approfondissement ?
    3. Une ombre embarrassante du structuralisme
    4. Marcel Granet, le « chaînon manquant »
    5. Une discrète remise en question

    Chapitre 22. Henri Ey sur la voie d’une relecture organo-dynamique de l’originaire jungien
    1. Un tropisme zurichois
    2. Rencontre(s)
    3. Un voisinage involontaire ?
    4. Une relecture ellenbergienne ?
    5. Prolégomènes à un « néo-jungisme »

    Chapitre 23. Gilles Deleuze avec C. G. Jung ?
    1. Un lecteur précoce ?
    2. Une sensibilité manifeste
    3. Un recours fréquent mais implicite
    4. De L’Anti-Œdipe à Mille plateaux

    Chapitre 24. Gilbert Durand, l’« irréductible »
    1. Une lecture bachelardienne de l’archétype
    2. Rehausser la valeur du « l’empiriste de Küsnacht »
    3. Vers une sociologie des profondeurs
    4. Une fidélité indéfectible

    Chapitre 25. Jung et les historiens, ou la solitude d’Alphonse Dupront
    1. Un legs de Paul Alphandéry ?
    2. Rencontre autour d’un projet d’hommage
    3. Un jungisme diffus
    4. Une voie sans issue ?


    Conclusion