La notion de transcendance n'a pas bonne presse à l'heure actuelle, si ce n'est sous des formes dévoyées ou d'une extraordinaire naïveté, comme on les rencontre souvent dans les mouvements "spirituels", voire même sectaires, apparus après la rupture historique de 1968.
Toutefois, et comme Jung le démontre dans chacun de ses textes, la conscience humaine continue - et continuera - d'être confrontée à des phénomènes, des élans, des flux ou des informations qui la dépassent de façon radicale, c'est-à-dire qui la transcendent, au sens propre du terme. Raison pour laquelle il est impératif de prendre en compte la puissance immémoriale de ces réalités, ainsi que de leur parfaite autonomie relativement aux volontés subjectives.
Par ailleurs, certains mystiques - dont l'un des plus remarquable est sans conteste Ste Thérèse d'Avila - ont eu l'intelligence de baliser certains motifs du parcours auquel nous convient ces phénomènes. C'est dans cette perspective que l'exposé du 12 janvier prochain inscrira sa réflexion."