COMPRENDRE L'ENGOUEMENT POUR JUNG AU PRISME DE LA PSYCHANALYSE. JUNG ET POST NEW AGE

Par WITKOWSKI Stéphanie le 13 février 2018

 

A l’aube des années 60, celui que l’on nomme « le sage de Zurich » - Carl Gustav Jung - s’éteint à 86 ans. S’amorce parallèlement aux Etats-Unis un engouement pour Jung au travers des pratiques syncrétiques dites « New Age », qui dans une large mesure s’appuient sur sa pensée et son œuvre. Elles ont traversé l’océan depuis longtemps pour s’installer ici et sont multiples aujourd’hui, proposant aux adeptes mieux être et connaissance de soi.

 


Cette offre plurielle et accessible convient particulièrement à toute personne en quête d’expérience des sens en lien avec une forme de spiritualité, cela vient fréquemment combler un besoin d’unité narcissique, mais aussi mettre à jour un manque jusqu’alors refoulé.
C’est alors dans nos cabinets d’analystes que se dirigent un jour ces personnes dont le vocabulaire est singulièrement émaillé des termes « lumière », « vérité », « spiritualité » et dont l’objectif est d’aller à la rencontre de la part inconnue de soi.
Toutefois de l’engouement premier du programme tant souhaité émerge le plus souvent une exaltation jusqu’alors contenue par les différentes pratiques et qui augure de la teneur d'un travail en négatif à parcourir.
Nous verrons ainsi comment peut se faire un cheminement allant de l’exaltation à la construction d’un moi suffisamment solide, ce que Jung estimait indispensable pour aborder la profondeur de son âme. Être d’abord en quête d’un moi.

Stéphanie Witkovski