Lot-573 - Imelda GAUDISSART : EMMA JUNG : SACRIFICE, EROS ET INDIVIDUATION 573

573
8,00 € l'unité

573 - EMMA JUNG : SACRIFICE, EROS ET INDIVIDUATION conférence de Imelda GAUDISSART, Octobre 2010

Résumé par Imelda Gaudissart

L’essai consacré à Emma Jung a inspiré le titre de cette conférence.

Emma Jung a connu plusieurs défis liés à sa vie aux côtés de son mari C.G. Jung. La situation triangulaire associée à la présence d’une deuxième femme au sein du couple a été au cœur des transformations intérieures d’Emma Jung. Elle a dû trouver un troisième terme pour faire face à cette délicate position. Ce travail intérieur l’a menée vers la réalisation de soi.

 Eros nous est « conté » dans les mythes grecs. On lui attribue une place particulière de premier dieu, de souffle de vie, d’éveilleur. De par sa réalité archétypique il est ambivalent. Il est important que nous prenions conscience de ses pouvoirs à la fois positifs et destructeurs. Il est possessif mais il peut aussi être celui qui lie, délie et relie.

Le Cantique des cantiques évoque l’éros dans ses aspects de l’amour sublime. Les mystiques parlent de leurs expériences de rencontres foudroyantes avec l’éros. L’amour courtois est une autre illustration des pouvoirs de l’éros au moyen âge.

Eros dans notre quotidien nous parle de nos passions, de nos désirs de fusions, de nos pulsions destructrices mais aussi de nos élans vers un amour noble. L’évolution de l’éros primitif vers un éros différencié passe par un ou des sacrifices. Certains les nomment « chiasmas ».

 Le sacrifice, ce terme est à « décaper » de ses connotations morales négatives pour en retrouver le sens originel : « faire du sacré ». Pierre Solié nous dit que toutes les religions comportent au centre de leur pratique des rites sacrificiels. Les grandes religions sont le reflet de nos propres situations individuelles.

Le sacrifice est l’outil de la transformation vers un niveau plus élevé. En sacrifiant nous gagnons l’accès à un pouvoir et une énergie supérieure. Eros a partie liée avec le sacrifice dont il est l’instigateur. Tous les moments de la vie sont empreints de la nécessité du sacrifice et ce dès la sortie du nouveau-né du sein maternel.

 L’individuation est cette exigence inconsciente née du soi à réaliser cette conjonction des opposés. Peut-être est-elle celle qui soutient éros et le sacrifice, ces trois termes du titre de la conférence ? Une chose est certaine c’est que le trois exprime le processus créatif, les étapes de transformation qui, ultimement, mènent au quatre, cette totalité à la fois stable et en perpétuelle évolution. Les trois termes sont intimement liés et jouent de concert.

L’important est de se rappeler que c’est dans notre quotidien que ces changements s’opèrent. Soit à notre insu, soit de manière consciente nous avons à nous différencier de nos racines collectives. Des situations nombreuses illustrent ces réalités. Emma Jung dans une conférence qu’elle donne à Zurich à l’âge de 34 ans, exprime « que nous avons à retrouver une certaine innocence et à nous séparer de nos conditionnements moraux, religieux et sociaux. » Elle ajoute « de cette contradiction entre le collectif et l’individu nait le sentiment de culpabilité. De toutes les souffrances qui y sont liées nous sommes responsables personnellement. Il nous incombe de nous en libérer. »